La Coupe du monde, une aliénation planétaire

Jeudi 10 juin 2010, , 181 visites

Fabien Ollier est directeur de la revue Quel sport ? Il a publié un grand nombre d’ouvrages participant de la critique radicale du sport dont notamment L’Intégrisme du football en 2002, Footmania en 2007, Le Livre noir des J.O. de Pékin en 2008. A quelques jours de l’ouverture de la Coupe du monde de football, Fabien Ollier dresse un état des lieux sans concession de cette grand-messe planétaire orchestrée par "la toute-puissante multinationale privée de la FIFA".

Vous comparez le sport en général, le football en particulier, à une aliénation planétaire. Que vous inspire la Coupe du monde ?

Fabien Ollier : Il suffit de se plonger dans l’histoire des Coupes du monde pour en extraire la longue infamie politique et la stratégie d’aliénation planétaire. Le Mondial sud-africain ne fait d’ailleurs pas exception à la règle. L’expression du capital le plus prédateur est à l’œuvre : les multinationales partenaires de la FIFA et diverses organisations mafieuses se sont déjà abattues sur l’Afrique du Sud pour en tirer les plus gros bénéfices possibles. Un certain nombre de journalistes qui ont travaillé en profondeur sur le système FIFA ont mis en évidence le mode de fonctionnement plutôt crapuleux de l’organisation. Ce n’est un secret pour personne aujourd’hui. De plus, il y a une certaine indécence à faire croire que la population profitera de cette manne financière. Le nettoyage des quartiers pauvres, l’expulsion des habitants, la rénovation luxueuse de certains townships ont été contrôlés par des "gangs" qui n’ont pas l’habitude de reverser les bénéfices. Avec la majorité de la population vivant avec moins de 2 euros par jour, cet étalage de richesse est pour le moins contestable.

Le déploiement sécuritaire censé maintenir l’ordre, assurer une soi-disant paix civile n’est autre en réalité que la construction d’un véritable Etat de siège, un Etat "big brother". Les hélicos, les milliers de policiers et de militaires ne sont là que pour contrôler, parquer la misère et protéger le luxe, pour permettre aux pseudo-passionnés de football de "vibrer". La mobilisation de masse des esprits autour des équipes nationales induit la mise en place d’une hystérie collective obligatoire. Tout cela relève d’une diversion politique évidente, d’un contrôle idéologique d’une population. En temps de crise économique, le seul sujet qui devrait nous concerner est la santé de nos petits footballeurs. C’est pitoyable.

(...)

Voir en ligne : http://www.lemonde.fr/sport/article...