Ihsan : ce pour quoi l’humain a été créé

Le mot Ihsan vient du mot racine ḥusn signifiant beauté. Dans le contexte islamique, il a de nombreuses connotations. Les trois principaux sont ceux que l’on retrouve dans le Coran et la tradition prophétique :

mercredi 26 janvier 2022

Ihsan est d’adorer Dieu comme si nous pouvions le voir et si nous ne pouvons pas, alors, être conscients qu’il nous voit. Ihsan est de traiter avec excellence les gens et tous les êtres vivants qui nous entourent. Ihsan est d’exceller dans son travail et ses relations ; les exécuter avec la plus grande attention, soin et intégrité.

La somme totale de toutes ces qualités constitue ce pour quoi l’homme a été créé. Le bien-aimé Muhammad que la paix et les bénédictions soient sur lui était l’incarnation par excellence de cet état, mais au cours des siècles, il a été, à certains degrés, visité par d’innombrables âmes chanceuses. La bonne nouvelle est qu’il est ouvert à tous ceux qui le veulent et sont prêts à retrousser leurs manches et à se salir les mains en nettoyant la boue de leur nafs.

Un muhsin par rapport à son Seigneur est dans l’un des deux états, soit un état de témoignage, soit un état de vigilance du regard de Dieu sur son cœur - un rang inférieur en effet par rapport au premier mais néanmoins excellent. C’est un état qui s’appuie sur les deux premiers : l’islām et l’iman. Il ne peut jamais se tenir seul au-dessus des ruines. Il n’y a pas d’iman sans les pratiques extérieures de l’islam et pas d’ihsan sans les croyances intérieures de l’iman.

Ihsan, à ce niveau, indique quand un esclave a frappé assez longtemps à la porte du Miséricordieux par des actes d’adoration obligatoires que Dieu aime, puis par des actes d’adoration surérogatoires qui le font aimer de Dieu.

C’est quand suffisamment de travail a été fait sur le nafs au cours des étapes précédentes que de l’état paniqué, nerveux et tendu des débuts, il s’épanouit en une âme posée, sereine et satisfaite digne de la présence du roi. Les érudits parlent de ceux qui ont atteint cet état grâce à un travail acharné et à une bonne compagnie dans les termes suivants :

Gnostiques de Dieu que Dieu a aidés à accomplir les meilleures actions, qui ont été protégés des actions contraires à Son commandement. (…) Il a ôté le voile pour eux, alors ils l’ont adoré aussi fort qu’ils pouvaient le voir, et n’étaient occupés que par son amour. Puis Il les mit au courant des merveilles de Sa création et des miracles de Sa sagesse, et les attira toujours plus près de Sa Gloire Divine, et posa sous eux le tapis des délices de Sa compagnie, et remplit leurs cœurs des attributs de sa beauté et sa rigueur, et y firent lever les soleils de sa lumière ; des coffres pour ses secrets, et des coffres pour sa connaissance, et (eux-mêmes) des trésors de dons subtils. Puis par eux, Il a ravivé le dīn, et a doté les chercheurs, et a sauvé le peuple, et a réformé la terre. [1]

Lorsque la vie intérieure d’une personne devient si riche, le parfum de son âme purifiée et parfumée se répand inévitablement dans son environnement. Tout ce qu’ils voient dans la création, c’est la main qui l’a faite. Comme dame Aisha, qui avait l’habitude de tremper l’argent de la charité dans le parfum avant de le donner et lorsqu’on lui demandait, disait qu’il tombait directement dans la main de Dieu avant d’atteindre le mendiant - aucun anthropomorphisme voulu, seulement la conviction puissante que les actions ne valent que l’intention derrière elles. L’intention des muḥsins est pure et sans mélange, Dieu et son agrément, juste cela. En ce qui concerne les gens, ils sont véridiques, dignes de confiance, généreux et indulgents parce que "les meilleurs d’entre vous sont les meilleurs en termes de caractère et de manières". [2]

Comme leur modèle bien-aimé, lorsqu’ils voient l’injustice et l’oppression, ils sont imparables, faisant de leur mieux pour réparer le tort et rétablir la justice. Ils ne font pas que le bien, ils le font magnifiquement et avec grâce.

La moindre de leurs bonnes actions est leur sourire radieux, qui guérit lorsque les actions échouent.

En fait, même la présence et la mention de telles personnes deviennent une force puissante et active qui ravive les âmes et éveille les consciences.

Ihsan des gens d’ihsan touche également leurs devoirs, qu’ils soient sacrés ou mondains. Ils les font du mieux qu’ils peuvent et un peu mieux encore. Un exemple de cela est mentionné dans un hadith où le prophète, que Dieu le bénisse et lui accorde la paix, ordonne d’être prévenant lors de l’abattage rituel des moutons, de ne pas brandir la lame exacerbant l’angoisse de la pauvre bête, et de l’aiguiser pour infliger une mise à mort aussi miséricordieuse et rapide que possible. A partir de ce hadith, des extrapolations peuvent être faites sur tous les autres aspects du travail d’un muhsin. Ici, le voyage est sa propre récompense : la joie d’un travail accompli sous le regard satisfait et omniscient de Dieu. Mais le Généreux a promis encore plus à la fin d’une section de la sourate Ar-Raḥmān qui énumérait toutes les récompenses exquises qui attendaient les gens d’ihsan dans le Jardin et se terminait par une perspective encore plus séduisante : « la récompense d’ihsan est-elle autre chose qu’ihsan ? .”  [3] Si l’ihsan des créatures est destiné à être aussi beau, comment peut-on sonder l’étendue de l’ihsan du Créateur de la beauté.

Ihsan est la raison pour laquelle l’islam en tant que religion existe.

C’est quand l’âme l’emporte sur tout et renoue avec sa nature primordiale. Cela implique une lutte longue et acharnée, à moins que Dieu n’en décide autrement et ne permette qu’il en soit ainsi ; le travail à faire implique sa relation avec le Créateur et la création, animée et inanimée. Des volumes et des volumes ont été écrits pour décrire les ouvertures que l’on expérimente au cours de cette étape finale et ultime dans l’ascension vers notre Seigneur, mais ils sont tous unanimes sur le fait qu’à moins que le voyage ne soit effectivement entrepris, il n’y a aucun moyen de sonder le ravissement et la joie pure. de se prélasser dans l’amour de Dieu.

Imam Abdessalam Yassine, in "Al Ihsan"


[1Abu-Ḥijr AL-Haythami , Al-Fatawi al-Ḥadīthiya, p.207

[2al-Bukhārī

[3Coran 55:60

Dans la même rubrique

28 janvier

Al itqan fi ’ulum al Qur’an - Cheikh as Souyouti

Le parfait vade-mecum des sciences coraniques de al-Suyuti (1445-1515) est une description complète des problèmes relatifs au texte coranique qui se posent encore aujourdhui, des solutions proposées et des méthodes employées. (...)

26 janvier

Ihsan : ce pour quoi l’humain a été créé

Le mot Ihsan vient du mot racine ḥusn signifiant beauté. Dans le contexte islamique, il a de nombreuses connotations. Les trois principaux sont ceux que l’on retrouve dans le Coran et la tradition prophétique : Ihsan est (...)

22 juin 2021

La Futuwah (10)

La Futuwah consiste en l’affermissement de la relation qui nous lie à notre Seigneur. Nous pouvons alors trouver en nous une détermination à réaliser les états et les convenances spirituelles qui lui appartiennent en propre. Il (...)