Tunisie : l’armée a donné l’assaut au palais présidentiel

jeudi 20 janvier 2011

> L’armée tunisienne a donné dimanche l’assaut au palais présidentiel de Carthage dans lequel sont retranchés des éléments de la garde présidentielle de Ben Ali, selon une source sécuritaire tunisienne.
> Le Palais présidentiel de Carthage, où des centaines de miliciens de la sécurité présidentielle avaient établi leur quartier général depuis 48 heures, a été pris d’assaut par les militaires qui en ont pris le contrôle dans la soirée.
> Un habitant de la banlieue huppée de Carthage a dit entendre “des échanges de tirs” à proximité. Il a ajouté que l’armée avait établi un large périmètre de sécurité autour du palais présidentiel.
> La justice a d’ailleurs annoncé l’arrestation de l’ex-chef de la sécurité du président tunisien déchu, le général Ali Sériati, qui a été formellement accusé d’être le responsable des pillages et exactions de ces derniers jours contre la population.
> Selon la télévision publique, des policiers se trouvant dans l’enceinte de l’école des Hautes études commerciales (HEC), près du palais présidentiel, ont appelé dimanche soir l’armée à les secourir, disant qu’ils étaient pris sous le feu.
> Dans le champ de tir des éléments incontrôlables de la garde présidentielle, cette dernière était visiblement équipée de fusils à lunettes dotés de viseur à laser. En tout cas, la garde présidentielle est nettement plus équipée et mieux formée que l’armée qui n’a pas des unités d’élite, mais composée d’éléments mixtes issus de la Gendarmerie. Une inégalité de moyens et de formation qui les aurait notamment dissuadés de pénétrer dans les jardins du Palais pour en finir avec la garde présidentielle qui serait toujours stationnée au Palais présidentiel de Carthage.
> Les militaires tunisiens continuent ce Lundi matin d’assiéger les éléments de la garde présidentielle postés à l’intérieur du palais. En entendant les coups de feu se poursuivre du côté du Palais, beaucoup d’habitants fuyaient le quartier présidentiel.
> L’armé tunisienne s’efforce aussi de disperser les hordes de pilleurs à la solde de l’ancien dictateur, tandis que c’était le sauve-qui-peut général dans les rangs de la police national. Les pillards en question ont investis plusieurs quartiers de luxes pour s’en prendre aux bijouteries.
> Selon des sources, les services de sécurité tunisiens font face à 800 voitures bourrées d’explosifs ont été disséminées à travers tout le pays, principalement à Tunis, rapporte le site du Point. Cette information est prise très au sérieux par l’armée, qui passe actuellement la capitale au peigne fin.
> Le point essentiel pour l’heure est d’éradiquer les milices de Ben Ali. L’armée essaie de nettoyer le pays de la garde présidentielle. L’armée le fait d’une façon méthodique. Voitures partners, ambulances arrêtées avec des dizaines d’hommes et des armes lourdes. Dimanche soir la garde rapprochée de Ben Ali a été arrêtée au Palais de Carthage après affrontements ;le QG de la caserne de Gammarth également. Une journée riche en butin !
> Les échanges de tirs qui ont fait rage hier dans Tunis entre miliciens armés et policiers. Des échanges de tirs se sont produits dimanche devant le siège d’un parti d’opposition, le Parti démocratique progressiste (PDP) à l’issue desquels plusieurs personnes ont été arrêtées, dont deux étrangers.

> Ftouh Souhail

Un message, un commentaire ?